Changer le paradigme en alimentation

La Fondation Gaïa Nova veut favoriser le développement d’une agriculture urbaine plus durable et écologique en développant les connaissances en matière de croissance de végétaux en milieux contrôlés.

Au cours des mois qui viennent, et après avoir mené une recherche expérimentale qui aura duré cinq années, la Fondation s’investira en faveur de la recherche et du développement de nouveaux modes écologiques d’agriculture urbaine, qui aideront à la sécurité alimentaire des populations des villes de demain. L’agriculture urbaine, en aéroponie et en milieu contrôlé, s’avère actuellement un enjeu de première importance partagé par de nombreuses métropoles du monde. Différents projets expérimentaux sont menés, qui pourront transformer nos modes de culture tout en protégeant l’environnement.

Le projet expérimental de la Fondation Gaïa Nova

De 2017 à 2022, la Fondation Gaïa Nova a soutenu un projet expérimental d’agriculture urbaine en milieu contrôlé. Son choix a porté sur la culture de fraises et a finalement été opéré en aéroponie. Ce projet était très novateur. En effet, ce type d’agriculture commence à faire ses preuves pour les légumes verts mais la culture de fruits reste timide sur le marché. La fraise était particulièrement intéressante car elle a un très grand potentiel de croissance en environnement contrôlé. De plus, cet environnement permet de la protéger des effets néfastes du transport et des pesticides dans un marché en pleine croissance au Québec.

L’expérimentation effectuée dans un laboratoire de culture équipé d’une structure de plantation verticale, d’un système d’alimentation en aéroponie, d’un contrôle du climat et de lumières LED, a annoncé les voies du futur.

Après un long processus échelonné sur deux années, un protocole expérimental technique a été élaboré, suite au succès de l’aéroponie en milieu fermé. Les paramètres techniques utilisés pour ces expérimentations sont accessibles ici.

Pourquoi les fraises ?

Les fraises sont numéro 1 des 12 aliments contenant le plus de pesticides « Dirty Dozen », une liste publiée par un organisme à but non lucratif l’Environmental Working Group (EWG), qui a comme mission de protéger la santé humaine et l’environnement.

Ce petit fruit, très aimé des canadiens est en grande majorité importé des États-Unis et du Mexique.

Les impacts

Limitiation des importations et de la dépendance alimentaire

Circuits courts à moindre empreinte environnementale

Alimentation saine et amélioration la santé

Participation à l′aménagement urbain et réduction de l′empreinte écologique